• Accueil
  • Une armée de 500 bénévoles contre le myriophylle à épi

Une armée de 500 bénévoles contre le myriophylle à épi

Une armée de 500 bénévoles contre le myriophylle à épiCRE Laurentides
Myriophylle à épi

Le Conseil régional de l’environnement des Laurentides part à la chasse aux plantes aquatiques exotiques envahissantes (PAEE), plus particulièrement du myriophylle à épi, avec le soutien de plus de 500 bénévoles et d'un groupe d'expert.

Alors que la plante s'est déjà attaquée aux écosystèmes d'une quarantaine de lacs de la région, l'organisme souhaite limiter sa propagation et prévenir son introduction dans de nouveaux plans d’eau.

Grâce à un projet de près de 340 000$, dont 100 000$ sur 3 ans octroyés par Ottawa et 100 000$ provenant des cinq MRC de la région, le CRE Laurentides lance une campagne de sensibilisation à l'échelle régionale dont l'objectif est de visiter plus de 125 lacs.

Au cours des trois prochaines années, plusieurs agents seront déployés sur le territoire pour distribuer des trousses d’information et d’outils aux riverains et villégiateurs et discuter de l’importance d’inspecter et de nettoyer leurs embarcations et leur équipement. En plus d'installer des panneaux explicatifs sur le myriophylle à épi, le CRE Laurentides sera présent aux accès publics particulièrement achalandés comme le Lac des sables à Ste-Agathe-des-Monts.

« De nouveaux lacs sont colonisés par le myriophylle à épi en raison du manque d’information des usagers qui transportent la plante, souvent sans même le savoir », a indiqué Mélissa Laniel, chargée du projet au CRE Laurentides.

Des patrouilleurs bénévoles d’une centaine de lacs seront également formés pour être en mesure d’identifier les plantes aquatiques et de détecter les PAEE en suivant les protocoles appropriés, et de signaler la présence de nouvelles plantes suspectes. 

Un forum régional sur le myriophylle à épi aura l ieu en 2018 permettant de rejoindre d’autres acteurs qui ont un intérêt et un rôle à jouer dans la protection des lacs comme la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs, les pilotes d’hydravions, entre autres. Cette rencontre sera également l’occasion de partager les connaissances scientifiques actuelles sur le mode de vie et de reproduction de cette plante.

La dégradation des lacs et la perte d’usages suite à l’envahissement par les PAEE comme le myriophylle à épi peuvent avoir des impacts catastrophiques tant du point de vue environnemental, social qu’économique.

2348
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.