• Accueil
  • Le myriophylle à épi s'attaque aux lacs des Laurentides

Le myriophylle à épi s'attaque aux lacs des Laurentides

Le myriophylle à épi s'attaque aux lacs des LaurentidesRichard Carignan

Une plante aquatique envahissante est le nouvel ennemi des lacs au Québec et particulièrement dans les Laurentides.

Cette plante qui a des feuilles vertes en forme de plumes se nomme le myriophylle à épi et représente une sérieuse menace pour l’environnement puisqu'elle s'attaque aux écosystèmes des cours d'eau.

La région des Laurentides, avec une quarantaine de lacs touchés, est la plus durement frappée par la propagation du myriophylle à épi.

Cette plante peut se reproduire par fragmentation de la tige, ce qui signifie qu'elle se répand et se multiplie quand elle est coupée par une hélice de bateau par exemple.

Sa reproduction rapide peut créer, en l'espace d'un an ou deux, des herbiers si denses que toute autre espèce végétale finit par disparaître. Sa décomposition réduit également le niveau d’oxygène dans l’eau, ce qui peut tuer de nombreuses espèces de poissons. 

Le CRE Laurentides en mode action

Évidemment, le Conseil régional de l'environnement des Laurentides tente depuis plusieurs années de sensibiliser la population et les municipalités à ses effets puisqu'une fois le myriophylle à épi installé, il est presque impossible de limiter sa propagation. Des actions qui sont entreprises dans la région notamment des toiles de jute de grandes dimensions.

Un forum est également prévu à l'automne prochain rassemblant tous les experts et intervenants qui vont rassembler leurs données, leurs analyses et leurs solutions aux différents paliers de gouvernements.

Le CRE Laurentides souhaite sensibiliser les riverains, les villégiateurs, les associations de lacs, les municipalités puisque le myriophylle à épi altère la composition des écosystèmes naturels et perturbe la biodiversité locale.

Leur prolifération a des répercussions négatives sur l’économie et la société, notamment en affectant le tourisme et la villégiature. Des activités récréatives comme la pêche, le canotage et la baignade peuvent être limitées par la présence ou l’infestation de cette plante aquatique envahissante. Sa multiplication pourrait même affecter négativement la valeur des propriétés riveraines.

La bonne nouvelle est que le projet de lutte contre le myriophylle à épi dans les lacs de la région du CRE Laurentides, d’une valeur totale de près de 340 000$, recevra 100 000$ répartis sur 3 ans du gouvernement fédéral.

2039
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.