• Accueil
  • Publicité : Saint-Jérôme affirme avoir été copié par Saint-Boniface

Publicité : Saint-Jérôme affirme avoir été copié par Saint-Boniface

Publicité : Saint-Jérôme affirme avoir été copié par Saint-BonifaceVille de Saint-Jérôme
Campagne lancée en 2017 par la Ville de Saint-Jérôme

La Ville de St-Jérôme affirme que sa campagne publicitaire sur l'économie d'eau potable a été copiée par une autre municipalité du Québec.

Saint-Boniface s'est largement inspirée du concept du panneau d’affichage, présent sur le territoire depuis 2017, sur lequel on peut lire ; «Jérôme sait que l'asphalte de son entrée ne pousse pas. Ici, on économise l'eau. »

Partagée sur les réseaux sociaux, la publicité a vite été repérée pour ses ressemblances avec celle de Saint-Jérôme.

La conseillère de la municipalité en Mauricie, Marie-Eve Landry, a même avoué que le conseil municipal avait pris exemple sur la capitale laurentienne en changeant le nom du personnage.

La Ville de St-Jérôme, qui n'a jamais reçu de demande, déplore le geste qui a été posé considérant que c'est du vol de propriété intellectuelle et de l'appropriation d’outils de communication payés par les contribuables d'ici.

Le créateur, le graphiste Éric Raymond de Moveo Design à Saint-Jérôme, est du même avis. En entrevue à CIME, il s'est dit déçu que Saint-Boniface n'ait pas demandé la permission, ce qui enfreint ses droits d’auteur.

Il y a beaucoup de gens qui sont plus ou moins au fait de ça le droit d'auteur. C'est là que le bât blesse. Les gens ont souvent le commentaire de dire : oui oui, mais c'est pour une bonne cause. Je suis d'accord et personne n'est contre la bonne vertu, mais ce n'est pas ça le point. Les droits appartiennent à la Ville de St-Jérôme. On ne peut pas se permettre de piquer un concept comme ça. Même chose pour une chanson ou une autre oeuvre. Moi ce que je dis c'est au moins de le demander.

Des excuses

Les deux administrations ont échangé aujourd'hui pour régler le conflit.

Le maire de St-Boniface Pierre Désaulniers s'est excusé, comme l'a indiqué à CIME en après-midi Michel Therrien, directeur des communications de la Ville de St-Jérôme.

Il nous a présenté ses excuses et nous a assuré qu'il n'y avait pas de mauvaises intentions derrière ça et on le comprend très bien. C'est un manque de connaissance en termes de droit d'auteur qui l'a mené à faire ça. Ceci dit, on a trouvé une belle sortie de crise et on pense qu'on va pouvoir même relancer les deux campagnes du même coup.

Est-ce que ça donnera du travail au graphiste Éric Raymond derrière le concept jérômien ? C'est ce qu'on verra.

Le maire de Saint-Boniface a d'ailleurs promis de s'excuser aussi auprès du créateur pour cette maladresse.

En direct de 05:25 à 08:25
1415
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.