12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Violence sexuelle : un jeune sur cinq en sera victime avant l’âge de 15 ans

Violence sexuelle : un jeune sur cinq en sera victime avant l’âge de 15 ans

Violence sexuelle : un jeune sur cinq en sera victime avant l’âge de 15 ansiStock / takasuu

Près d’un jeune sur cinq aura subi de la violence sexuelle avant l’âge de 15 ans au Québec.

C'est ce que rappelle le Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) qui a dévoilé, dans les derniers jours, les résultats de son programme testé dans 22 écoles du Québec au cours de l’année 2017-2018.

À l’heure où plusieurs dénoncent le manque de ressources pour dispenser les cours d'éducation à la sexualité et le manque de formation du personnel en prévention de la violence sexuelle, le programme Empreinte, développé conjointement par deux professeures du Département de sexologie de l’UQAM et par les 26 CALACS, répond à un besoin réel.

En entrevue à CIME, Mélanie Sarroino du RQCALACS confirme qu'à chaque fois que le programme a été donné dans une école, au moins un jeune s'est confié.

Dans les Laurentides, les ateliers déployés à l'École secondaire Augustin-Norbert-Morin à Sainte-Adèle, Curé-Mercure de Mont-Tremblant et à la Polyvalente des Monts à Sainte-Agathe ont eu des effets positifs.

Le RQCALACS constate qu'au Québec :

  • Après les ateliers en classe, les jeunes améliorent leurs habiletés préventives et de soutien, par exemple l’autoprotection sur Internet ;
  • 82% des jeunes rapportent que les ateliers leur ont permis d’identifier des moyens pour prévenir les agressions sexuelles ;
  • 94% des membres du personnel scolaire ont l’intention d’utiliser cette formation dans leur travail auprès des jeunes et 100% recommandent cette formation à d’autres des intervenants et enseignants ;
  • La formation permet au personnel scolaire de se sentir davantage capable de discuter de la violence sexuelle avec les élèves ;
  • Les capsules permettent aux parents de mieux comprendre ce qu’est la violence sexuelle et 96% ont apprécié les capsules

Et maintenant ?

Au cours des dernières années, l’actualité a su rappeler, notamment grâce aux mouvements #AgressionNonDénoncée, #OnVousCroit, #MoiAussi et #EtMaintenant, l’ampleur du problème de la violence sexuelle et l’urgence de déployer des efforts avant que le pire survienne.

Le réseau des CALACS demande maintenant aux décideurs politiques de passer de la parole aux actes et de confirmer le financement pour implanter le programme dans toutes les écoles du Québec, convaincu que la lutte aux violences sexuelles passe nécessairement par la prévention en bas âge.

En direct de 16:00 à 19:00
2539
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.