• Accueil
  • Saint-Colomban devient une alliée contre la violence conjugale 

Saint-Colomban devient une alliée contre la violence conjugale 

Saint-Colomban devient une alliée contre la violence conjugale  Ville de Saint-Colomban

Depuis deux ans, la campagne « Municipalités alliées contre la violence conjugale » a rassemblé 377 localités partout au Québec. 

Leurs décideurs ont été invités par le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale à prendre divers engagements pour soutenir les maisons d'hébergement qui accueillent les nombreuses victimes.

Des villes ont été incitées à leur offrir un congé de taxes municipales ou encore un accès gratuit à des locaux publics.

À Saint-Colomban, le maire Xavier-Antoine Lalande a décidé de faire autrement et d'inclure des mesures concrètes face à la violence conjugale dans son Plan d'action en sécurité de la collectivité, qui sera adopté par les élus en janvier 2019.

Deux organismes sont partenaires soit Accroc qui aide les hommes et les adolescents qui ont des comportements violents dans les Laurentides et la Maison d’Ariane qui offre de l'hébergement et plusieurs autres services dont de l'aide téléphonique 24/7. 

Une aide financière pour gravir la première marche

D'abord, tous les frais de transport des victimes entre leur résidence et la maison d'hébergement choisie seront remboursés par la Ville.

« Quand on sait que les femmes victimes de violence peuvent être privées de revenus ou privées de transport, c'était essentiel d'agir en ce sens-là », a expliqué M. Lalande.

Dès l'an prochain, Saint-Colomban mettra aussi sur pied sa propre maison de la famille dans le Centre récréatif et communautaire et formera le personnel de la Ville et celui de la maison des jeunes à dépister la violence familiale.

Le maire Lalande invite ses collègues des autres municipalités à emboîter le pas.

Envoyer un signal fort

« C'est une campagne d'envergure dont nous sommes fières. », a indiqué Chantal Arseneault, présidente du Regroupement. « Chaque initiative, petite ou grande, a un impact sur la vie des femmes et des enfants victimes de violence conjugale. Les élu.e.s municipaux, à leur niveau, ont le pouvoir d'agir sur certaines choses. C'est en les rencontrant et en travaillant de concert que nous arriverons à faire reculer durablement la violence. »

De par sa mission d'éducation, de sensibilisation et d'action, le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale contribue à faire évoluer les lois et les politiques afin de rendre plus adéquates les mesures de protection pour les femmes et enfants victimes de violence conjugale. Dans une perspective de prévention, il déploie un éventail de stratégies pour aider tous les acteurs de la société québécoise à mieux comprendre, dépister et agir en matière de violence conjugale.

En 2016-2017, ses maisons membres ont hébergé près de 2 700 femmes et plus de 2 200 enfants. Et c'est sans compter les femmes et les enfants qui ont reçu plus de 14 000 services autres que l'hébergement ; consultations externes, accompagnement, suivi post-hébergement, etc.

Personne n'est à l'abri de la violence conjugale. Elle touche des femmes de tous âges, issues de tous les milieux, de toutes les régions.

En direct de 19:00 à 22:00
2426
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.