12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope outline12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close16x16 spotify12x12 arrow left outline12x12 arrow right outline16x16 link12x12 photo outline16x16 google podcasts16x16 apple podcasts
  • Accueil
  • Le Beach Club pourrait perdre son permis d'alcool pendant 40 jours

Le Beach Club pourrait perdre son permis d'alcool pendant 40 jours

Le Beach Club pourrait perdre son permis d'alcool pendant 40 joursSTUDIOTHREEDOTS/ GETTY IMAGES

Si ce n’était que de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ), le Beach Club perdrait son permis d’alcool pour plus d’un mois pour avoir porté atteinte à la sécurité publique.

Le journal de Montréal rapporte que La RACJ demande une suspension de 40 jours tandis que le bar à ciel ouvert estime que 10 jours sont suffisants pour comprendre le message. Cette sanction, aura lieu durant la saison estivale, soit entre mai et septembre.

La liste de récriminations s'étant déroulée entre 2016 et 2018 indique entre autres intoxications, violences, drogues, présence des Hells Angels et la nuisance à la tranquillité publique.

Durant cette période, les autorités ont recensé jusqu'à 55 transports ambulanciers en raison de festivaliers intoxiqués à l'alcool et à la drogue, et plus de 500 interventions policières lors des quatre derniers étés. Me David Beaudoin, qui représente le Beach Club, a rappelé que le bar supporte une partie des coûts de la présence policière.

Le Beach Club a une entente avec le service de police afin d’avoir plus d’agents lors de ses événements. Pour la saison estivale 2019, la facture s’est élevée à plus de 250 000 $ [...] Il n'y a pas meilleure sécurité que celle au Beach Club.

L'entreprise minimise les infractions de leur populaire bar des Basses-Laurentides, et l'un de ses propriétaires, Olivier Primeau, se défend en disant rapporter plus de 10 millions de dollars en retombées économiques dans la région, et employer plus de 500 personnes l’été.

Le copropriétaire a d'ailleurs fait une sortie médiatique sur sa page Facebook ce matin, et remet en question les accusations de la Régie des alcools, des courses et des jeux sur son entreprise.

https://www.facebook.com/oliprimeau/posts/2989994887706223 

En direct de 13:00 à 15:55
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.