• Accueil
  • Le feu de plastique serait définitivement éteint à Saint-Jérôme

Le feu de plastique serait définitivement éteint à Saint-Jérôme

Le feu de plastique serait définitivement éteint à Saint-JérômeVille de St-Jérôme

Tout porte à croire que le feu de plastique à Saint-Jérôme est bel et bien éteint.

C'est ce qu'ont indiqué à CIME la Ville de St-Jérôme et le propriétaire du site contaminé, Jean-Pierre Cliche, qui se dit maintenant soulagé.

M. Cliche a affirmé qu'il y avait finalement plusieurs foyers d'incendie où sont enfouies au moins 25 000 tonnes métriques de résidus de plastique, ce qui explique entre autres pourquoi ça prit des mois avant de l'éteindre complètement.

Selon lui, le feu était possiblement actif depuis des années avant que les pompiers soient mis au courant et interviennent en décembre dernier.

Photo : Le laboratoire mobile du ministère de l'Environnement, le TAGA qui est un analyseur de gaz atmosphérique à l'état de traces. Cet outil unique au Québec se déplace uniquement lors d'urgence environnementale ou toute autre activité à risque pour la qualité de l'air. 

CIME fm

Source: CIME fm

Prêts pour un scénario catastrophe

L’opération d'hier consistait à pousser la matière qui brûlait dans le lac artificiel situé sur le site.

Plutôt que d’arroser les braises, l’opération consistait à pousser temporairement la matière dans le lac artificiel situé sur le site. Cette intervention fait suite aux rencontres avec le propriétaire qui collabore depuis le début. L’intervention est basée sur un plan qu’il a proposé aux autorités. Le propriétaire a creusé le sol sur 60 pieds de large par 25 pieds de profondeur. Le Service de la sécurité incendie supervisait et entre chaque couche, dissipait la fumée et s’assurait de refroidir le plastique en attendant qu’il soit poussé dans le lac. 

Une douzaine d'intervenants se trouvaient sur place provenant de la sécurité incendie, de la Ville, du ministère de l'Environnement, de la Sécurité publique et même une médecin spécialiste en santé publique.

Les autorités s'étaient préparées au pire de peur que la matière s'embrase davantage, que le feu se propage et que ça conduise à des problèmes de santé et de sécurité publique.

On ne connait toujours pas la cause de l'incendie, mais selon le propriétaire du terrain, le ministère de l'Environnement, qui avait déplacé un laboratoire mobile hier, a pris des échantillons pour les analyser.

L'homme d'affaires Jean-Pierre Cliche est d'ailleurs en pourparlers avec le gouvernement pour pouvoir transformer sur place ces tonnes de déchets de plastique en huile pour ensuite en vendre à des industries, mais ça pourrait prendre des mois avant d'avoir une autorisation.

D'ici là, on rappelle aux citoyens qu'il est interdit de circuler sur le site qui sera mieux sécurisé.

 

En direct de 00:00 à 05:25
1472
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.