nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

«Ce n'est pas la bonne médaille»

«Ce n'est pas la bonne médaille»
PC

«C'était un bon match et les deux équipes ont tout donné, mais c'est triste de perdre en tirs de barrage»

Marie-Philip Poulin

GANGNEUNG, République de Corée - Jocelyne Lamoureux-Davidson a dénoué l'impasse en marquant le but vainqueur en tirs de barrage et les États-Unis ont mis la main sur leur première médaille d'or au hockey féminin depuis les Jeux de Nagano en 1998, jeudi, aux Jeux olympiques de Pyeongchang.

Après une défaite crève-coeur en prolongation aux Olympiques de Sotchi, en 2014, les Américaines sont venues de l'arrière pour mettre fin à une domination canadienne vieille de 20 ans.

«C'est évidemment très difficile à digérer en ce moment. Quand tu joues en finale, tu veux gagner. C'était un bon match et les deux équipes ont tout donné, mais c'est triste de perdre en tirs de barrage, a affirmé la capitaine du Canada, Marie-Philip Poulin. À tous les quatre ans, nous élevons notre jeu d'un cran et c'est bon pour le hockey féminin.»

Changement de la garde

Tout comme Poulin l'avait fait pour le Canada en 2014, Lamoureux-Davidson a joué aux héroïnes lors de cette finale.

Après que Monique Lamoureux-Morando eut créé l'égalité alors qu'il restait moins de sept minutes à écouler au troisième engagement, Lamoureux-Davidson s'est avancée lors du sixième tour des tirs de barrage et a déjoué Shannon Szabados, qui était étendue de tout son long sur la glace.

Szabados a fait des miracles du côté canadien, repoussant 40 des 42 tirs dirigées vers elle, avant de céder à trois reprises en tirs de barrage. Haley Irwin et Poulin ont touché la cible en deuxième période pour le Canada.

Hilary Knight a fait mouche en première période pour procurer une avance de 1-0 aux Américaines. Maddie Rooney a quant à elle cédé à deux reprises en 31 lancers.

Fierté

Le résultat était si difficile à accepter que la défenseure canadienne Jocelyne Larocque a immédiatement enlevé la médaille d'argent d'autour de son cou.

«C'est très difficile, a-t-elle mentionné. Nous y allons pour l'or et je suis fière de toute l'équipe, mais ce n'est pas la bonne médaille.»

Alors que les Américaines tiraient de l'arrière 2-1 en troisième période, Lamoureux-Morando a bénéficié d'un très mauvais changement du côté des Canadiennes pour s'amener seule devant Szabados. L'attaquante a effectué quelques feintes avant de déjouer la gardienne canadienne dans la lucarne.

Incapables de répliquer dans les six dernières minutes de jeu, les deux équipes ont dû retraiter au vestiaire en vue d'une période de prolongation, rappelant étrangement le scénario qui s'était produit aux derniers Jeux olympiques.

Pas de conte de fées cette fois

Cette fois-ci les Canadiennes n'ont pas eu droit au conte de fées.

Profitant d'un troisième avantage numérique, les Américaines ont pris les devants 1-0 alors qu'il ne restait que 25 secondes au premier engagement. Posté devant la cage canadienne, Knight a fait dévier le tir de Sidney Morin derrière Szabados, qui avait la vue obstruée.

Les Canadiennes ont cependant profité du premier entracte pour faire le point et revenir en force. Avec deux minutes d'écoulées au cadran en période médiane, Irwin a permis au Canada de niveler le pointage 1-1. Sur la séquence, le tir-passe ne semblait pourtant pas menaçant, mais la rondelle a terminé sa trajectoire derrière la ligne des buts.

Les Canadiennes sont par la suite revenues à la charge pour se forger une avance d'un but. Après avoir intercepté la rondelle en zone neutre, Poulin, laissée seule dans l'enclave, a décoché un tir sur réception pour donner les devants 2-1 aux siennes.

Le Canada tentait de mettre la main sur un cinquième titre olympique d'affilée.

Daoust et Szabados honorées

«Il n'y a pas beaucoup de mots pour décrire comment nous nous sentons, mais c'était très bon pour le hockey féminin, a indiqué l'entraîneuse du Canada, Laura Schuler. Nous nous attendions à ce genre de match. C'était une bataille jusqu'à la toute fin. Ce n'est pas le résultat attendu.»

En dépit de la défaite, Mélodie Daoust, qui a enfilé trois buts et quatre aides durant son parcours olympique, et Szabados ont respectivement été nommées joueuse par excellence et meilleure gardienne du tournoi.

Les dirigeants du tournoi ont remis le titre de la meilleure défenseure à la Finlandaise Jenni Hiirikoski et le titre de la meilleure attaquante à la Suissesse Alina Muller. 

Brunch matinée

En direct de 06:00 à 11:00

950
100

Brunch matinée

avec Jennifer Landreville

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.