nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

«Il doit y avoir une séparation stricte entre l’État et la religion»

«Il doit y avoir une séparation stricte entre l’État et la religion»
PC

Signes religieux: une policière en formation relance le débat.

il y a 3 mois

Les chefs: tempête autour d'une kippa et d'un voile. 

il y a 3 mois

Le débat pour le port du hijab dans la police fait encore rage à Québec 

il y a 3 mois

Les partis de l’opposition sont unanimes, le port des signes religieux ne doit pas être accordé aux personnes en position d’autorité coercitive.

Sondos Lamhari est une étudiante en première année de techniques policières qui porte le hijab. Au terme de ses études collégiales, elle espère pouvoir pratiquer son métier tout en portant son voile, comme elle en a fait part en entrevue avec le Journal de Montréal.

Il va sans dire que cette nouvelle a suscité de vives réactions à l’Assemblée nationale. La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a défendu la promotion de la diversité.

En désaccord

Les partis de l’opposition ont répété leur profond désaccord avec la position de la ministre.

«Parce qu’il doit y avoir une séparation stricte entre l’État et la religion. Une personne qui reçoit un service de l’État, surtout face à quelqu’un qui a un pouvoir de coercition, doit être convaincue qu’elle est traitée par quelqu’un qui ne représente que la loi et non pas par une personne qui représente la loi et sa religion», a affirmé Agnès Maltais, députée de Taschereau et porte-parole du Parti Québécois en matière de laïcité, d’éthique et d’intégrité.

«Prenons la recommandation du rapport Bouchard-Taylor, suggère Nathalie Roy, députée de Montarville et porte-parole de la Coalition avenir Québec en matière d’immigration, de laïcité et d’intégrité. Interdisons les signes religieux pour les personnes en position d’autorité coercitive et elles sont bien définies. Ce sont les juges, les procureurs de la couronne, les gardiens de prison, les policiers.» 

Selon la plateforme de la CAQ, cette liste d’exclusion compterait également les enseignants du primaire et secondaire.  

La couleur musicale de vos soirées

En direct de 19:00 à 00:00

1304
100

La couleur musicale de vos soirées

avec Éric Dufresne

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.