nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Pantalon de camouflage : les policiers de Saint-Jérôme en moyen de pression

Pantalon de camouflage : les policiers de Saint-Jérôme en moyen de pression
Fédération des policiers et policières municipaux du Québec

Insatisfaits de la tournure des négociations pour renouveler leur convention collective échue depuis le 31 décembre dernier, les 130 syndiqués du Service de police de la Ville de Saint-Jérôme ont remis les pantalons de camouflage qu'ils arboraient entre 2014 et 2016.

L’Association des policiers de Saint-Jérôme métropolitain, qui a voté à l’unanimité le début des moyens de pression le 4 octobre dernier,  soutient que ses membres sont au dernier rang en ce qui concerne la rémunération globale chez les policiers municipaux du Québec alors que Saint-Jérôme est parmi les villes avec le plus haut taux de criminalité de la province.

Le syndicat déplore que la partie patronale demande aux policiers de couper dans leurs conditions de travail pour effectuer le rattrapage salarial.

Il est impensable que les policiers de Saint-Jérôme acceptent de sabrer leurs conditions de travail pour quelque chose d’aussi légitime. Nous ne demandons pas d’avoir la meilleure rémunération globale, nous voulons seulement être dans la moyenne.

Claude Traversy, président de l’Association des policiers de Saint-Jérôme métropolitain

Outre la négociation sur les conditions salariales, le syndicat des policiers demande à la municipalité de régler la problématique des policiers temporaires affirmant qu'il y a 40 % plus de policiers temporaires qu’au cours des 20 dernières années.

Cette situation est inquiétante pour nous, puisque la Ville préfère avoir recours à du “cheap labor” plutôt que d’embaucher des policiers de façon permanente en leur offrant des conditions de travail respectable.

Claude Traversy, président de l’Association des policiers de Saint-Jérôme métropolitain

En plus des pantalons camouflages, on peut aussi voir sur les autopatrouilles des X collés sur le logo du corps policier.

Tant qu'une nouvelle entente ne sera pas signée, les policiers continueront de les porter et accentueront leurs moyens de pression.

Même si un projet de loi doit prochainement être adopté pour interdire ce moyen de pression, l’Association des policiers de Saint-Jérôme métropolitain a dit que ses membres ne respecteront pas cette loi et qu'ils contesteront les pénalités de 500 à 3000 dollars qui pourraient être imposées à chaque agent.

Les policiers font un travail exemplaire, il est temps que leur travail soit reconnu à leur juste valeur. C’est une question de respect pour le travail que l’on effectue jour après jour pour protéger et servir la population. 

Claude Traversy, président de l’Association des policiers de Saint-Jérôme métropolitain

Soulignons que les policiers de la Régie de police Thérèse-de Blainville portent également des pantalons de type camouflage depuis les dernières semaines.  

Brunch matinée

En direct de 06:00 à 11:00

1037
100

Brunch matinée

avec Jennifer Landreville

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.