Une médecin des Laurentides a reconnu sa culpabilité d'avoir reçu des commissions en échange d'ordonnances d'injections.

La Docteure Annie-Claude Bergeron, rattachée à l'urgence de l'Hôpital de Saint-Eustache, a reconnu avoir encaissé 10 000 $ de la compagnie Dermaveda.

En contrepartie, elle signait de multiples ordonnances permettant aux infirmières de l'entreprise d'injecter les différents produits aux clients, dont du botox.

Lors de son plaidoyer, vendredi dernier 17 mars, la médecin a plaidé "l'erreur de bonne foi" ignorant qu'elle enfreignait, à l'époque, le code déontologique de son ordre.

Le Conseil de discipline du Collège des médecins du Québec fera connaître, sous peu, la peine à rendre dans ce dossier.

Les deux parties ont suggéré une radiation temporaire de trois mois, et une amende de 3000 $.